LE CUIVRE

LE CUIVRE

CONCENTRATION MOYENNE DE CUIVRE DE CERTAINS ALIMENTS

ALIMENTS

CONCENTRATION
(μg/kg poids humide)
Noix 14,82
Condiments et épices 6,76
Huiles et graisses 4,63
Viandes - volaille, porc, bœuf et agneau 3,92
Graines et céréales 2,02
Œufs et produits laitiers - lait, beurre 1,76
Fruits de mer -
poissons, crustacés et mollusques
1,49
Légumes - à feuilles alimentaires, fèves et plantes-racines 1,17
Fruits et fruits tropicaux 0,82
Boissons, vins, bières et spiritueux 0,44

APPORT QUOTIDIEN RECOMMANDÉ en mg
EN CUIVRE

Entre 1 et 1,5 mg pour les enfants, les adultes et les femmes enceintes ou qui allaitent.

L'organisation mondiale de la santé a recommandé un apport quotidien de :

Pour un homme adulte :
30 μg/kg de poids corporel par jour. Ce que équivaut à 2,1 mg/jour

Le site web Cette page

PROPRIÉTÉS DU CUIVRE

Oligo-élément indispensable à l'organisme.

Un organisme adulte en contient environ 80 à 100 mg.

Environ 50% du cuivre ingéré est absorbé.

La majeure partie présente dans les voies gastro-intestinales est absorbée à partir de l'estomac et du duodénum.

Sa répartition dépend du sexe, de l'âge et de la teneur en cuivre de l'alimentation.

Les concentrations tissulaires sont maximales dans le cerveau et dans le foie (environ un tiers de la charge corporelle totale).
Des concentrations plus faibles se retrouvant dans le cœur, la rate, les reins et le sang.
Sa teneur de l'iris et de la choroïde de l'œil est très élevée.

Le rapport du cuivre aux autres constituants alimentaires (ex. zinc, fer, sulfate et molybdène) peut être aussi important que la teneur en cuivre elle-même dans l'alimentation.

Les rapports cuivre-zinc peuvent influer sur le métabolisme du cholestérol, les faibles rapports se traduisant par une hypercholestérolémie.

L'élimination urinaire ne joue qu'un rôle mineur dans sa clairance.

La principale voie d'excrétion est la bile.

Voies mineures d'excrétion : la salive, la sueur, l'écoulement menstruel et l'excrétion dans l'intestin à partir du sang.

Lorsqu'il est présent dans l'eau potable en concentrations moyennes, il fournit environ 11% de la dose quotidienne nécessaire.

Utilisé comme pesticide depuis l'antiquité.
Action toxique très importante sur les algues et mousses.
Non biodégradable, il s'accumule.

En France, environ un million d’hectares de vignobles anciens en sont très chargés. D'ici quelques années ou décennies le seuil toxique sera atteint pour les mammifères.

Dans les régions d'épandage des lisiers porcins, la teneur en cuivre et zinc des sols est également en augmentation préoccupante.

Très utilisé dans les préparations de pesticides comme fongicide et comme agent antimicrobien, en particulier pour le traitement du bois et des sources d'approvisionnement en eau potable et en eau destinée à des fins récréatives.

Les bassines en cuivre favorisent la prise des confitures (fabricants de confitures).

La cuisson des fruits libère les molécules de pectine des fruits. Le cuivre réunit ces molécules et forme un réseau qui piège l’eau et les fruits. Ceci solidifie les confitures.

FONCTIONS DU CUIVRE

Prend part à la synthèse de neurotransmetteurs : messagers du système nerveux.

Prend part à la synthèse du collagène : tissu conjonctif.

Est un composant d'une série de métalloenzymes.

Plusieurs de ces enzymes jouent un rôle antioxydant.

Prend une part importante dans le métabolisme du fer.

Rôle dans la protection contre certaines substances toxiques notamment les radicaux libres.

Nécessaire au bon fonctionnement de certaines enzymes.

CARENCES EN CUIVRE

Exceptionnelle dans le cadre d'une alimentation normale. La carence peut être déclenchée par une maladie héréditaire rare.

Symptômes de carences :

- anémie
- fragilité des os
- diminution de la pigmentation de la peau et des cheveux
- troubles neurologiques

Expositions quotidiennes moyennes par l'air, les aliments et l'eau au Canada*

Voie

mg/jour

%

mg/kg de p.c. par jour

AIR
exposition maximale
0,0007 - 0,004 0,16 0,00001 - 0,00006
ALIMENTS 2,200 89,14 0,0314
EAU 0,264 10,70 0,00377
TOTAL 2,468 100,00 0,0352
*Pour une personne pesant 70 kg, buvant 1,5 l d'eau par jour et inhalant 20 m3 d'air par jour.

EXCÈS DE CUIVRE

L'ingestion de plus de 15 mg s'est révélée toxique pour les humains.

Dans le cadre d'une étude des cas cliniques observés chez les humains, on a constaté que la plus faible dose orale qui provoquait une irritation gastro-intestinale, s'élevait à 5,3 mg/jour.

Des lésions hépatiques peuvent se manifester chez le nourrisson. Cela a été mis en relation avec la consommation d'une eau riche en cuivre : plus de 10 mg/l.

Généralement considéré comme étant non toxique, sauf en doses élevées, à plus de 15 mg/jour.

Les contraceptifs oraux occasionnent une nette augmentation des concentrations sériques de cuivre.

Les cas d'intoxication aiguë sont rares chez les mammifères supérieurs, car le cuivre est un émétique puissant. (Les émétiques, ou vomitifs, sont des substances capables de provoquer un vomissement.)

Chez les humains, la toxicité aiguë se manifeste surtout dans des cas d'ingestion accidentelle.

Voici les symptômes :
  • goût métallique dans la bouche
  • nausée
  • vomissement
  • douleur épigastrique
  • diarrhée
  • jaunisse
  • hémolyse
  • hémoglobinurie
  • hématurie
  • oligurie
Dans les cas graves d'intoxications, les selles et la salive peuvent prendre une couleur verte ou bleue.
Dans la phase terminale, il y a anurie, hypotension et coma précédant la mort.

Une incidence accrue des granulomes dans le foie et des tumeurs malignes des poumons a été signalée chez des personnes travaillant dans des vignobles en France, au Portugal et en Italie, qui avaient été exposées à des jets pulvérisés de sulfate de cuivre mélangé à de la chaux pour limiter le mildiou.

La maladie de Wilson est une maladie génétique secondaire à une accumulation de cuivre dans l'organisme par intoxication ou par médication inadaptée. Elle se manifestant par des atteintes du foie et du système nerveux.

La fréquence de cette maladie est très faible : 1 sur 30 000 à 100 000 naissances.

1 mg DE CUIVRE
SE RETROUVE DANS

20 g foie de veau

25 g cacao

25 g noix d'acajou

60 g graines de tournesol

65 g emmental

70 g chocolat noir

90 g crevettes

110 g huîtres

120 g amandes

220 g pois chiches

420 g pain de seigle complet

Le site web Cette page

Sources :
1- U.S. Environmental Protection Agency. Ambient water quality for copper. Publ. No. PB81-117475, Office of Water Regulations and Standards, Criteria and Standards Division, Washington, DC (1980).
2- Hofmann, I., Carlsson, S., Die große Ernährungs Tabelle. Kalorien, Vitamine, Mineralstoffe. BasserMann Verlag, 2006, München.
3- Larousse Médicale de Collectif. Edition 2006
4- Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments.
http://www.afssa.fr/index.htm [Consulté le 25 octobre 2009]
5- Vitamines et Sels minéraux. Société Suisse de Nutrition.
http://www.sge-ssn.ch/f/ecole/materiel_didactique/serie_de_transparents_didactiques/ [Consulté le 26 octobre 2009]
6- Organisation mondiale de la santé. Trace elements in human nutrition; a report of a WHO Expert Committee. WHO Technical Report Series 532, Genève. p. 70 (1973).
7- Le Conseil Européen de l'Information sur l'Alimentation.
http://www.eufic.org/index/fr/ [Consulté le 23 octobre 2009]
8- Piscator, M. Copper. Dans : Handbook on the toxicology of metals . L. Friberg, G.F. Nordberg and V.B. Vouk (dir. de publ.). Elsevier/North-Holland Biomedical Press, Amsterdam. p. 411 (1979).
9- Agence de la santé publique du Canada.
http://www.phac-aspc.gc.ca/fs-sa/index-fra.php [Consulté le 22 octobre 2009]
10- Fichier canadien sur les éléments nutritifs (version 2007b).
http://webprod.hc-sc.gc.ca/cnf-fce/index-fra.jsp [Consulté le 26 octobre 2009]
11- Agence Française de sécurité sanitaire des aliments. Recherche de données de composition nutritionnelle.
http://www.afssa.fr/TableCIQUAL/2008. [Consulté le 27 octobre 2009]
12- Nutrition. Compléments alimentaires.
http://www.afssa.fr/ [Consulté le 26 octobre 2009]
13- Régime alimentaire, nutrition et prévention des maladies chroniques.
http://www.fao.org/WAIRDOCS/WHO/AC911F/AC911F00.HTM [Consulté le 27 octobre 2009]
14- L'environnement en France - Edition 2006 - Agriculture et sylviculture. Bilan IFEN.
15- Schroeder, H.A., Nason, A.P., Tipton, I.H. et Balassa, J.J. Essential trace elements in man. Copper. J. Chronic Dis., 19: 1007 (1966).
16- Santé Canada. Santé de l'environnement et du milieu de travail. 1992.
http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/water-eau/copper-cuivre/index-fra.php#ref_14 [Consulté le 26 octobre 2009]
17- Méranger, J.C., Subramanian, K. et Chalifoux, C. A national survey for cadmium, chromium, copper, lead, zinc, calcium and magnesium in Canadian drinking water supplies. Environ. Sci. Technol., 13(6): 707 (1979).
18- Davis, G.K. et Mertz, W. Copper. Dans : Trace elements in human and animal nutrition. Vol. 1. 5e édition. W. Mertz (dir. de publ.). Academic Press, New York, NY (1987).
19- Chuttani, H.R. Acute copper sulphate poisoning. Am. J. Med., 39:849 (1965).
20- U.S. Environmental Protection Agency. National primary drinkingwater regulations; synthetic organic chemicals, inorganic chemicals and microorganisms; proposed rule. Fed. Regist., 50(219): 46387 (1985).
21- Pimental, J.C. et Menezes, A.P. Liver granulomes containing copper in vineyards sprayer's lung. A new etiology of hepatic granulomatosis. Am. Rev. Respir. Dis., 111: 189 (1975).
22- Villar, T.G. Vineyard sprayer's lung: clinical aspects. Am. Rev. Respir. Dis., 110: 545 (1974).

Mise à jour le 2 mai 2013

LES VITAMINES

LES MINÉRAUX
Les oligo-éléments

Les marco-éléments

Haut de la page
Accueil

AIMEZ-VOUS 1001-FRUITS ?

Page copy protected against web site content infringement by Copyscape






Follow 1001fruits on Twitter



Google
Web 1001-fruits.com


AIMEZ-VOUS 1001-FRUITS ?