LES ROMAINS
ET LEURS RICHES FESTINS

Les Romains


Cette page

Le site web

GRAS LES ROMAINS GRAS LES FESTINS

Le plus grand médecin de l'antiquité fut un grec, Hippocrate. Sa célèbre phrase est non seulement mondialement connue, mais elle est de plus en plus d’actualité.

« Que ton aliment soit ton premier médicament. »

Dans les temps préhistoriques, l’homme était en harmonie avec la nature. Il avait de surcroît une alimentation saine à l’image de son mode de vie. Il n’y avait ni pauvres ni riches. Ni excès alimentaires ni orgies ni obésité. Ni boulimie ni anorexie. Ni burn-out… Ni rien.

LE GOÛT DU LUXE

Le goût du luxe se développa dès le premier siècle avant notre ère. Étrangement, c’est avant qu’il naisse que l’on suivait les précieux conseils du médecin Hippocrate. Ce bon médecin grec vécut entre 460 et 377 avant l’ère chrétienne. Plus tard, la "sauce" gâta.

À la fin du premier siècle après notre ère, le pain blanc est déjà au menu. Les nombreux voyages faits à l’étranger apportèrent aux riches romains une nouvelle nourriture. Celle-ci est aussi fantaisiste que coûteuse. Et malheureusement, souvent nocive pour la santé.

LA DÉMESURE À TABLE

La médecine romaine commence à se préoccuper de la valeur nutritive des aliments. Elle met en garde contre l’utilisation abusive des épices, mais les avertissements sont presque ignorés. Le temps de la démesure dans le goût du luxe de la table est né. Si Jules César était frugal, il en était autrement pour d’autres empereurs tels Claude ou Domitien.

C’est avec leurs légendaires excès qu’ils ont contribué à la réputation bien ancrée des romains ogres et ivrognes. Ceux-ci étaient attirés et fascinés par le grand, le gigantesque et le monstrueux. L’abondance des plats est autant une jouissance à regarder qu’à manger. Ils sont tous préparés avec art pour provoquer la surprise. Un plat-surprise peut représenter les douze signes zodiaques. Les plats et les coupes étaient en métal précieux.

LES ODEURS ET LES GOÛTS-SURPRISES

Les romains aiment les goûts-surprises. Ce sont par exemple :

* le sucré mêlé à des épices fortes
* des fruits mêlés au hachis de poisson
* des sucreries sérieusement poivrées

Un certain condiment à base d’entrailles de poissons fermentées est fort prisé. Les odeurs-surprises sont aussi fort appréciées par les romains. Les vins sont fortement parfumés avec :

* la myrrhe
* le safran
* le cinnamome (genre d’arbuste qui comprend le camphrier et le cannelier)
* le gingembre
* les fleurs, etc

LES EXTRAVAGANCES CULINAIRES

Toutes ces extravagances dans les mélanges culinaires menaient parfois à des désastres qui s’avéraient immangeables. Les romains aiment manger à l’excès. Leur alimentation est aussi élaborée que grasse.

En général, chez les riches parvenus, les maîtres de maison se gavent de nourriture alors que l’on sert aux « invités » des repas à peine mangeables ou alors une maigre pitance. Des « intermèdes » souvent lascifs sont supposés apporter une distraction aux repas.

IVRESSE GÉNÉRALE

Souvent les festins dévient en ivresse générale. Participants, invités, femmes et esclaves perdent leur hiérarchie dans les vapeurs de l’alcool. Tout le monde se mêlent pour s’offrir en spectacle. Le vacarme devient tel que la police doit intervenir.

LES ITALIENNES MAIS PAS LES GRECQUES

Contrairement aux habitudes romaines, jamais les bourgeoises athéniennes ne paraissent lors des banquets. Dans les palais romains, un grand nombre d’esclaves préparent d’interminables festins dans l’immense pièce qu’est la cuisine. Le luxe de la table devient l’image de la réussite sociale. Les menus peuvent compter jusqu’à huit services de viandes et de poissons. Ces grands festins se prolongent souvent toute la nuit.

Pour imiter les Grecs, les romains ont recours à toutes sortes de divertissements lors des banquets :

* réflexions et discussions « littéraires »
* danseurs
* chanteurs
* acrobates
* illusionnistes etc

TOUT CE QUI TOMBENT

Les convives sont couchés sur des lits de table. Ceux-ci sont à deux ou trois places et disposés autour de la table à manger. Ce sont les esclaves qui servent les mets. La fourchette n’est pas utilisée et l'on mange avec les doigts. Pour goûter à tous les (nombreux) plats du festin, les dîneurs en arrivent à se faire vomir. Sous les tables, les chiens, chats, poules et coqs se précipitaient sur tout ce qui tombent (!!)

CE QUE MANGEAIENT LES ROMAINS

Voici un exemple d’un festin romain :

Pour le « gustus » ou l’entrée :

* Poissons salés et œufs
* Tétines de truies farcies
* Médaillons de cervelle cuite au lait et aux œufs
* Champignons arboricoles bouillis avec sauce poivrée à la graisse de poisson
* Oursins avec épices, miel, sauce à l’huile et aux œufs

Pour la « cena » ou repas du soir :

* Daim rôti avec sauce aux oignons
* Dattes de Jéricho, raisins, huile et miel
* Autruche bouillie avec sauce douce
* Tourterelle bouillie dans ses plumes
* Perroquet rôti
* Loirs farcis au porc et aux pigeons
* Jambon bouilli aux figues et aux feuilles de laurier, enduit de miel et cuit en croûte pâtissière
* Flamant bouilli aux dattes

Pour la « seconde table » ou dessert :

* Fricassée de roses avec pâtisseries
* Dattes dénoyautées, farcies de noix et de pignons et frites dans le miel
* Gâteaux africains chauds au vin doux, avec miel

Epoque romaine. Astérix. Obélix. Sanglier. Astérix et un sanglier.

Photo de Axel Buhrmann

ASTÉRIX ET OBÉLIX

Un des livres d’Astérix « Le domaine des Dieux » nous donne quelques plats fort originaux et amusants servis lors d’un repas romain :

* Sardines au sucre
* Yeux de maquereau en gelée
* Confiture d’anchois
* Compote chaude de pieuvre

Les romains - Sources:
1- L’organisation de la vie romaine. [En ligne]
http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/LaSalleMetz/mgr04. Consulté le 1 mars 2008.
2- La nourriture chez les romains. [En ligne]
http://www.ac-grenoble.fr/lamure/latin/nourriture. Consulté le 2 mars 2008.
3- Le Musée Vivant de l’Antiquité. [En ligne]
http://www.acversailles.fr/pedagogi/anti/musee0. Taravella, Jacques.
Consulté le 3 mars 2008.

Si vous faites un festin romain pour ce soir, et bien, bene sapiat ! (c'est bon appétit en latin).
En italien c'est : buon appetito !
Vous voulez en savoir plus ? Eh bien, bon appétit en :

  • En grec c'est : Kale orexe !
  • En catalan c'est : Bon profit !
  • En portugais c'est : Bom apetite !
  • En russe c'est : Priiatnogo appetita !
  • En hébreux c'est : Bete'avon !
  • En japonais c'est : Itadakimas !
  • En espagnol c'est : Ibuen provecho !
  • En allemand c'est : Guten Appetit !
  • En polonais c'est : Smacznego !
  • En danois c'est : Velbekomme !
  • En hollandais c'est : Smakelijk eten !

Le site web Cette page

Mise à jour le 2 mai 2013

L'HISTOIRE DE L'ALIMENTATION

PENSÉE

Essayer de nouveaux aliments, tenter de nouvelles saveurs c'est toujours une belle aventure (jusqu'à un certain point...).

Haut de la page
Page d'accueil

AIMEZ-VOUS 1001-FRUITS ?






Follow 1001fruits on Twitter



Google
Web 1001-fruits.com


AIMEZ-VOUS 1001-FRUITS ?